La démesure du possible1 est une installation vidéo interactive à l’intention des personnes qui souffrent de troubles associés à la perte de mémoire. Cependant, elle ne procède de ma part d'aucune intention thérapeutique. Elle est simplement inspirée de la situation de ces personnes et elle est à leur intention, comme lorsqu’on écrit à quelqu’un, pour se rappeler à lui, pour lui dire qu’on ne l’oublie pas. Elle porte également le sentiment de fragilité que j'ai de mes propres souvenirs.

Le principe de cette installation repose sur des séances ou ateliers, régulièrement organisés, selon les cas, avec les patients, résidents en EPHAD ou personnes en accueil de jour. L’œuvre est à la libre disposition des personnels accompagnant ou soignant des établissements concernés. Ces ateliers peuvent être axés sur une activité physique centrée sur l'œuvre, mais celle-ci peut également vivre simplement aux côtés d’autres activités, sans en être un objet d’attention permanente.

Dans la pièce réservée aux ateliers, une image vidéo est projetée à grande échelle sur un mur. Cette image est produite par les mouvements des personnes présentes dans la salle. Selon leur amplitude, ils révèlent partiellement ou totalement des vidéos enregistrées, qui figurent des éléments naturels et des paysages ainsi qu'un vieux film muet. Par moment, les mouvements, sans que l'on sache exactement comment, donnent naissance à des traces durables sur l'écran. Une fois là, celles-ci deviennent autonomes et commencent ainsi leur vie propre : elles se déplacent et changent de couleur sur des durées assez longues, s'échelonnant de la demi-heure à plusieurs jours.

Le dispositif est constitué de ce que j'appelle des tableaux, bien que je ne fasse pas ainsi référence à des images figées a priori. Ces tableaux mouvants sont constitués par une ou plusieurs vidéos choisies parmi la trentaine qui appartiennent à ce projet, et par un ensemble de dominantes colorées qui se succèdent selon des intervalles aléatoires généralement inférieurs à la minute. Ce sont ces éléments qui sont révélés par les mouvements des participants dans l’image interactive et qui constituent ensuite les traces qui en résultent. Il y a ainsi vingt tableaux interactifs assez différents qui se succèdent, se renouvelant chaque matin et chaque après-midi. L'ordre des tableaux est réinitialisé aléatoirement lorsque la série a été entièrement parcourue. Le caractère aléatoire des enchainements réalisés conduit à une grande variété de situations.

En dehors des périodes d'atelier, l’œuvre poursuit sa vie, comme en témoigne un autre écran situé dans un espace accessible au public. A un court différé près, c’est la même image qui y est présentée que celle qu’on verrait dans l’atelier. À long terme, ces traces constituent une mémoire des ateliers, une mémoire éphémère, car les traces finissent au bout de quelques jours par s'estomper puis par disparaitre. Seule la présence régulière des patients aux côtés de l’œuvre peut entretenir la vie de l'image. S'il ne se passait rien, tout finirait par devenir une série de monochromes uniformes.

Comme la plupart de mes œuvres, “La Démesure du Possible” invoque le temps en jouant ainsi avec la mémoire du moment et en évoquant aussi des souvenirs anciens notamment au travers des images vidéos utilisées. C’est bien le temps qui m’intéresse, avec ses processus visibles et invisibles, actifs ou passifs. D’ailleurs, il vaudrait mieux dire les temps, car c’est une multiplicité d’échelles de temps qui nous constituent, temps de l’espèce, temps de la civilisation, temps de la langue, temps de la culture, temps de l’Histoire bien-sûr, mais aussi temps de son histoire, de celle de sa famille, temps du présent, temps de ses pensées, temps de ses actions, possibles ou impossibles. La démesure est certainement là, dans ce qui nous touche au plus près.

Fred Périé

1er Août 2014

1L'oeuvre a été installée en Juillet 2014 à L'institut Claude Pompidou de Nice et au centre Rainier III de Monaco, à la suite d'une commande de l'association Art Dans la Cité. Le journal de bord du projet est visible ici.